Le juge Yergeau reconnaît que la Loi sur la laïcité ne fomente pas la haine

La Loi 21 remporte la première bataille devant les tribunaux

2019-07-21, mise à jour le 2019-07-22

La Loi 21 du Québec vient de gagner sa première bataille devant les tribunaux. De plus, dans sa décision, le juge rejette la prétention malhonnête des antilaïques que cette législation serait, selon eux, une cause de haine contre les minorités religieuses.

Summary in English Quebec Bill 21 has won its first battle before the courts. Furthermore, the judge’s decision rejects the idea, dishonestly promoted by antisecularists, that Bill 21 somehow foments prejudices against religious minorities.

La Loi 21, Loi sur la laïcité de l’État, vient de remporter la première bataille devant les tribunaux. De plus le juge a reconnu dans sa décision que cette loi ne fomente pas la haine dont ses ennemis l’accusent. Au contraire, le but de cette législation serait plutôt d’apaiser de tels sentiments.

Le 18 juillet 2019, le juge Michel Yergeau a rendu sa décision dans une cause contestant la Loi 21 adoptée le 16 juin dernier par le gouvernement du Québec. Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et Ichrak Nourel Hak, une étudiante en éducation, s’étaient adressés à la Cour supérieure pour demander la suspension des articles 6 et 8 portant sur le port de signes religieux avant qu’un tribunal se penche sur la validité de la Loi. Dans le jugement, la demande de suspension est rejetée. En voici quelques extraits :

[116] La lecture attentive de ces déclarations [des demanderesses] sous serment, qui dans l’ensemble sont de la nature de l’opinion, pour nombre d’entre elles sont purement hypothétiques et souvent spéculatives, amène le Tribunal à conclure que les demanderesses n’ont pas démontré, comme il leur revenait de le faire, de dommages sérieux ou irréparables à l’étape de la demande d’injonction interlocutoire provisoire.

[136] Dans les circonstances, les demanderesses ont échoué à démontrer qu’il serait à l’avantage de l’intérêt commun de donner priorité à leurs préoccupations au détriment de la Loi qui a été validement adoptée.

[137] … les demanderesses ne répondent pas non plus au critère de l’urgence requis dans le cadre d’une demande d’injonction interlocutoire provisoire. …

C’est évidemment une excellente nouvelle, même si ce n’est que la première étape d’un processus qui risque d’être long. Il faut attendre la suite de l’affaire.

Il y a un aspect de la décision du juge Michel Yergeau que je trouve particulièrement pertinent :

[117] Essentiellement, ces déclarations reviennent à plaider la discrimination sur la base des pratiques religieuses auxquelles les déclarant(e)s assermenté(e)s ont choisi librement d’adhérer. Les regards hostiles que certains membres de la société civile porteraient sur eux et les paroles blessantes dont deux des déclarantes disent avoir été victimes ne sont pas le résultat de l’adoption de la Loi, compte tenu du peu de temps écoulé entre celle-ci et la signification de la demande introductive, mais sont le fait de déplorables dérives et d’une incivilité que la Loi cherche aussi à endiguer. Que certains dans la société se sentent affranchis aujourd’hui de clamer leurs préjugés plutôt que de les endiguer n’a pas pour origine la Loi sur la laïcité.

Ainsi, le juge dit clairement que, s’il existe dans la société québécoise des préjugés ou des comportements blessants à l’égard de certaines minorités religieuses, ce n’est pas le résultat de Loi 21. Au contraire, un des buts de cette Loi est justement d’endiguer de tels comportements !

Nous voilà devant une des plus ignobles stratégies utilisées par les ennemis de la laïcité afin de dénigrer et diffamer les gens (comme moi) qui appuient la laïcité : Ces ennemis nous accusent de promouvoir la haine de certaines minorités, d’attiser les animosités. Ils nous accusent de « racisme » et de bien d’autres péchés qu’ils imaginent. C’est de la poudre aux yeux, et le juge Yergeau a eu la perspicacité de rejeter cette foutaise dans le cas de la Loi 21 : en effet, cette Loi devrait améliorer la situation et réduire les tensions sociales, tout comme nous, les appuyeurs de cette législation, le disons et le souhaitons depuis belle lurette.


Next blog: Summary: The Islamist Veil

A Reading List on Quebec Bill 21

Quelques lectures au sujet de la Loi 21 du Québec

2019-07-13, updated 2020-04-09

In EnglishEn français
The Bill itself, adopted 2019-06-16: Texte de la loi, adoptée le 2019-06-16 :
Court Challenges to Bill 21, legal documents.
  • Supreme Court of Canada, JUDGMENTS IN LEAVE APPLICATIONS, 2020-04-09, I. N. Hak, NCCM and CCLA v. A. G. of Québec, “The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-028470-193, 2019 QCCA 2145, dated December 12, 2019, is dismissed.”
Contestations de la Loi 21, documents légaux :
Previously existing legislation which imposes political neutrality on public servants:
Public Service Act, articles 10, 11 and 12.
Législation préalable qui exige la neutralité politique chez les fonctionnaires :
Loi sur la fonction publique, articles 10, 11 et 12.
On this website (my blog):  
On the AFT website: Sur le site LPA :
On other websites: Sur d’autres sites :

Next blog: Le juge Yergeau reconnaît que la Loi sur la laïcité ne fomente pas la haine

Le crucifix enfin retiré !

2019-07-09

Aujourd’hui, le 9 juillet 2019, le crucifix accroché au mur du Salon bleu de l’Assemblée nationale à Québec a enfin été retiré !

Today, 9th July 2019, that notorious crucifix on the wall of the legislative chamber of the National Assembly in Quebec City was finally withdrawn!

Photos : Le crucifix retiré du Salon bleu de l’Assemblée nationale, Journal de Québec, 2019-07-09.

Avant, pendant et après
Cliquer pour agrandir
Avant, pendant et après le retrait du crucifix


Next blog: A Reading List on Quebec Bill 21

Le Québec est laïque !

2019-06-17

Une date historique et une grande victoire ! Le 16 juin 2019 L’Assemblée nationale a adopté la Loi 21 Loi sur la laïcité de l’État Le Québec est devenu un État laïque !

Communiqué du Rassemblement pour la laïcité, 2019-06-17 : Enfin la laïcité !

An Historic Date and a Great Victory! 16th June 2019 The National Assembly Adopts Bill 21 An Act respecting the laicity of the State Quebec Becomes a Secular State!

Next blog: Quebec Formally Declares State Secularism

Plaidoyer pour la laïcité dans les hôpitaux

2019-05-04

Il est à souhaiter que le projet de loi laïque proposé au Québec soit étendu pour s’appliquer au personnel dans les hôpitaux. Andréa Richard nous explique pourquoi.

Summary in English The draft bill on secularism proposed by the current Quebec government should be extended to apply to medical personnel in hospitals. Andréa Richard explains why.

This blog is also available in English.

Le projet de loi 21 récemment proposé par le gouvernement du Québec — accueilli très favorablement, et par la population et par l’ensemble des associations laïques au Québec — représente une excellente avancée pour la laïcité. Toutefois ce projet de loi demeure très incomplet. Il interdit le port de signes religieux par les fonctionnaires en positions d’autorité, y compris les enseignant(e)s dans les écoles publiques, mais cette interdiction ne s’applique pas aux hôpitaux.

Andréa Richard, ancienne religieuse, auteure des livres Au-delà de la religion et Femme après le cloître et lauréate du Prix Condorcet-Dessaulles 2018, s’inquiète de cette lacune. Elle s’est donc adressée à la Commission des institutions de l’Assemblée nationale du Québec par le biais d’un mémoire dans lequel elle explique éloquemment la nécessité de neutralité religieuse chez le personnel médical. Ce mémoire n’est pas encore publié (il le sera éventuellement sur le site web de l’Assemblée nationale), mais Mme Richard m’a gentiment permis d’en citer quelques extraits. Elle présente d’abord la problématique :

Je me demande s’il vous serait possible, lors des échanges parlementaires, de soulever et de régler le problème réel que constituent les signes religieux ostentatoires portés par des médecins ou infirmières. Il serait opportun d’en parler maintenant pour que la Loi 21 sur la Laïcité en soit plus complète. Plus tard, il sera peut-être trop tard, et d’évidence plus laborieux.

Au fait, permettre aux médecins et infirmières de porter de tels signes constituerait un accommodement religieux, un privilège accordé aux religions, un avantage qui bénéficie à certain(e)s employé(e)s au détriment des autres. Ces accommodements religieux constituent forcément des entorses à la neutralité religieuse.

Ceux qui demandent aujourd’hui des accommodements de nature religieuse sont considérés par leurs communautés respectives comme des fanatiques. En leur accordant ce qu’ils demandent, nous ne servons pas le progrès de notre société, mais favorisons tout au contraire un fondamentalisme religieux qui freine son évolution.

Venons-en au cœur du problème, avec quelques exemples pour bien l’illustrer :

Dans un hôpital, des malades parfois ou souvent vulnérables, n’ont pas à subir des malaises devant des soignants qui se doivent d’être là pour le confort du patient. […]

Imaginez un homme mourant, qui aurait été, dans sa jeunesse, violé par un prêtre pédophile et qui voit arriver à son chevet un prêtre à col romain et crucifix, pour lui demander s’il veut les derniers sacrements ? Il y aura certes un malaise, et peut être plus…

Imaginons une musulmane hospitalisée qui a été battue par son père parce qu’elle ne voulait pas porter le voile et qui voit arriver, pour prendre soin d’elle, une infirmière ou une femme médecin voilée, quelle sera sa réaction ?

Parce que athée, mon beau-père avait demandé qu’advenant son hospitalisation de ne pas avoir de prêtre à son chevet. Or, l’aumônier de l’hôpital s’est présenté pour lui donner les derniers sacrements. Il était mourant, ne pouvant même plus faire signe de refus…

Les signes ostentatoires religieux ont comme signification ostensible une doctrine par-delà même notre seule et commune humanité. Ils sont l’image visible d’un intégrisme religieux.

Mme Richard répond très efficacement au jeu de victimisation que jouent certains apologistes religieux dans le but de dénigrer la laïcité :

Prétendre qu’une employée qui travaille pour l’État et qui ne veut pas enlever son signe religieux ostentatoire est renvoyée est tout à fait incongru, car c’est elle-même qui s’exclut en choisissant sa religion plutôt que son travail. Si quelqu’un considère qu’il ne peut obéir à des règlements établis, il lui revient de faire un choix entre ses convictions religieuses et ses obligations professionnelles.

La tolérance absolue n’est pas une vertu :

Si la tolérance est louable, une tolérance de l’intolérable peut facilement s’apparenter à une démission. Le signe religieux est, quant à lui, inapproprié sur le vêtement d’un fonctionnaire, car ce signe n’est pas « propre » à sa fonction. […]

La société de demain sera soit théocratique, soit laïque. Pour le bien des générations futures, il nous faut prendre nos responsabilités sans quoi elles nous taxeront d’être retournés au Moyen Âge et elles auront raison. […]

Accorder des accommodements religieux favorise le développement d’un communautarisme qui dissimulerait des visées intégristes et fondamentalistes. Parler au nom de Dieu c’est de l’usurpation. L’accepter c’est se rendre complice du mensonge.

Pour conclure, Mme Richard nous rappelle notre devoir de résister à la vague d’obscurantisme religieux qui déferle actuellement sur le monde :

Le fondement de toutes les religions repose sur un endoctrinement d’origine strictement humaine dont les préceptes sont erronés et forcément mensongers. Lorsque nous consentons des accommodements aux religions ou à leurs membres et que nous cautionnons d’une manière ou d’une autre, nous nous rendons complices des erreurs et des mensonges.

Une prise de conscience s’impose.


Prochain blogue : For Secularism in Hospitals

David Rand’s Personal Blog

Welcome to my personal blog…
Table of Contents

…Bienvenue à mon blogue personnel
Table des matières


You are invited to
subscribe to my newsletter

Vous êtes invités à
vous abonner à mon bulletin



About this blog

À propos de ce blogue

This website is my personal blog—as opposed to blogs published on the site of Atheist Freethinkers (AFT). Here, most, but not all, of my blog articles are in English, accompanied by a brief summary in French, although some blogs are in French with an English summary and some are available in both languages. Most of my writings here deal with atheism, secularism and related issues, although not exclusively.

Ce site web est consacré à mon blogue personnel — pour le distinguer de blogues publiés sur le site de Libres penseurs athées (LPA). Sur ce site-ci, la plupart des billets de blogue (mais pas tous) sont en anglais, chacun accompagné d’un bref résumé en français. Mais quelques billets sont en français avec un résumé en anglais et certains sont disponibles dans les deux langues. La plupart traitent de l’athéisme, de la laïcité and de sujets connexes, mais parfois je m’aventure au-dehors de ces champs.



Some quotes from these blogs

Quelques citations de ces blogues

“The Islamist veil is a purity symbol, a form of slut-shaming. Wearing it means that other women who do not wear it, especially Muslim women who do not wear it, are impure, i.e. ‘easy.’”
Summary: The Islamist Veil

« s’il existe dans la société québécoise des préjugés ou des comportements blessants à l’égard de certaines minorités religieuses, ce n’est pas le résultat de Loi 21. Au contraire, un des buts de cette Loi est justement d’endiguer de tels comportements ! »
Le juge Yergeau reconnaît que la Loi sur la laïcité ne fomente pas la haine

“Given their lack of any plausible line of reasoning, antisecularists, in their vituperations against Quebec Draft Bill 21, have a strong tendency toward dishonesty, irresponsible speculation and sometimes complete nonsense. Here are a few examples.”
Quebec Bill 21 Causes Earthquakes, Anal Warts and the Collapse of Civilisation

« Lorsque le voile est porté par une enfant, cette ségrégation sociale est beaucoup plus sérieuse, privant la fillette d’une enfance normale en érigeant une barrière entre elle et les autres enfants. »
La CCDP endosse la maltraitance religieuse des fillettes

“Religious symbols are highly partisan and often political in their implications. It is reasonable to put restrictions on their display by public servants, similar to current restrictions on political expression.”
Tobacco, Politics and Religion

« permettre aux médecins et infirmières de porter de tels signes constituerait un accommodement religieux, un privilège accordé aux religions,[…] Ces accommodements religieux constituent forcément des entorses à la neutralité religieuse. »
Plaidoyer pour la laïcité dans les hôpitaux

“Locke is probably the reference for secularism in the English speaking world, but I would call his vision pseudo-secularism because of its assumption that everyone with any concept of ethics, any right to live in society with others, has a religion, and indeed a theistic religion.”
Secularism: Lockean and Republican

« Plusieurs croyants, dans le but d’obtenir un privilège ou un accommodement, veulent nous faire croire que leur pratique religieuse serait une « obligation », c’est-à-dire quelque chose d’inné, d’intime et d’immuable. Mais c’est un leurre, »
The Myth of Religious Obligations

“The arrogance and paternalism of British imperialism have been recycled and repackaged as multiculturalism.”
Hate Quebec, Hate Secularism

« la dénégation du droit d’apostasier est étroitement liée à la mentalité essentialiste qui soutient le multiculturalisme et le mythe de l’obligation religieuse. »
Apostasy is a Human Right

“use of the censorious accusation of ‘Islamophobia’ enables Islamofascism by making it even more difficult to criticize the excesses of political Islam and Islamist theocracies. In particular this harms the people who are already in a difficult position: gays, other sexual minorities, apostates, etc. who are persecuted by Islam.”
Pride & Shame in Toronto & London

« Une récente manifestation à Montréal par des militants soi-disant “anti-racistes” montre encore une fois que les ennemis de la laïcité manquent tristement d’intégrité morale et intellectuelle. »
The Moral and Intellectual Bankruptcy of Antisecularists



See the AFT site
for other writings
Atheist Freethinkers

Consulter le site LPA
pour d’autres textes
Libres penseurs athées


An Open Letter to the Council of Canadians

2019-02-12 Epilogue ajouté le 2019-02-13

In this blog, I respond to an article which appears on the website and in a bulletin of the Council of Canadians. The article, which apparently represents the position of the Council, associates the massacre of January 29th 2017 with so-called “Islamophobia,” “racism” and “white supremacy” and exploits the massacre in order to denigrate secularism and vilify those who support it.

Sommaire en français Je répond un article paru récemment sur le site web et dans un bulletin du Conseil des Canadiens (Council of Canadians). Ce texte, qui représente apparemment la position du Conseil, associe le massacre du 19 janvier 2017 aux soi-disant « islamophobie », « racisme » et « suprémacisme blanc » et instrumentalise cet événement pour dénigrer la laïcité et diaboliser ceux et celles qui l’appuient.

Your email bulletin of January 30th 2019, contained the following article by Rachel Small: Commemorating the second anniversary of the Quebec City Mosque attack.

The content of Small’s article is dishonest and extremely tendentious. It makes repeated use of the unacceptable expression “Islamophobia” whose purpose is to stifle legitimate criticism of both Islam and Islamism. The fact that Canada’s parliament was manipulated into adopting a motion (M-103) endorsing this concept is no excuse. Progressives have a duty to reject its use. To fear a religion, especially a monotheism such as Islam or Christianity, is not an irrational “phobia” but rather a sane and healthy response to danger. The crime committed by the assassin of January 29th 2017 was not his fear, but rather where he directed it — at innocent individuals — and how he expressed it — with murderous violence. We certainly do NOT need to fight against “Islamophobia”; rather we must encourage rational discussion and criticism of religion while directing that criticism first and foremost against ideologies (rather than against human beings) and against censorship of debate.

Even worse is the article’s conflation of religion and race. Race has absolutely nothing to do with the event. Rather, it involved religion which is completely distinct from race. Small’s evocation of “white supremacy” is completely irrelevant and so misleading as to be a bald-faced lie. The misuse of this expression is an insult to the many blacks, Jews and others who have indeed been persecuted because of that ideology, especially in the USA. Currently, white supremacism is very marginal here in Canada. However, when it did have a strong presence, when the KKK had many Canadian chapters, it was virulently anti-Catholic and anti-Quebec and engaged in acts of terrorism against French-language churches and schools. The use of “white supremacy” to characterize the motives of the 2017 mosque killer is ahistorical and an insult to all Québécois.

Small’s mention of “decades of wars against Muslim-majority countries, state policy which has normalized the killing of millions of Muslims” is particularly inappropriate. Need I remind her that we are talking about a crime which occurred here, in this country, not elsewhere? If Small wishes to complain about the foreign policy of the USA, the UK or any other country, then I suggest she take her complaint to the appropriate government instead of trying to dump the blame on someone in Quebec City.

The tendentious nature of Small’s article reaches a paroxysm when she approvingly links to two other very revealing documents: The article by Jasmin Zine in The Conversation, which has published several diatribes imbued with anti-Québécois prejudice, repeats and deepens Small’s dishonest assertions. The text by Toula Drimonis in the National Observer uses the all-too-familiar false accusation of “far-right” (and again “white nationalist”!) to slur the secularism measures proposed by the newly-elected CAQ. Both Zine and Drimonis manifest a total ignorance of secularism, in particular republican secularism (laïcité).

Si la Charte de la laïcité avait été adoptée en 2014, si les partisans de cette Charte n’avaient pas été si massivement diabolisés et ciblés par des fausses accusations diffamatoires, si la population québécoise n’avait pas été si complètement abandonnée par ses chefs politiques après la prise du pouvoir par le PLQ en avril 2014, alors le massacre du 29 janvier 2017 n’aurait probablement jamais eu lieu.

Quebec has legislation which forbids public servants from wearing partisan political symbols while on the job, an eminently judicious measure. It is both reasonable and necessary to extend this ban to religious symbols, given that religions are inevitably political when they insinuate themselves into state institutions. Both the Charter of Secularism proposed by the PQ government in 2013-2014 and the measures announced by the new CAQ government are laudable efforts which progressives have a duty to support. Neither Zine nor Drimonis makes any attempt to address the solid arguments for a ban on such symbols. Their failure to do so represents journalistic incompetence. Secularism — including banning religious symbols in government — is not only the will of the people in Quebec, it is a noble and enlightened program which helps to reduce the risk of inter-religious conflict.

Regardless of the intentions of the authors of these three articles, the objective result is opposition to secularism, complacency towards political Islam and an endorsement of anti-Québécois racism.

If the Charter of Secularism had been adopted in 2014, if supporters of that Charter had not been so overwhelmingly demonized and slandered by false accusations, if the Quebec population had not been so totally abandoned by its political leaders after the Quebec Liberal Party took power in April 2014, then the massacre of January 29th 2017 would, in all likelihood, not have occurred.

The perpetrator of the mosque shooting was a psychologically unstable individual who had been the target of bullying throughout his young life. He also feared Islamist terrorism. In addition, he, like all Quebeckers, had been for years inundated with a tsunami of propaganda condemning anyone who had even the slightest misgivings about Islam or Muslims with specious accusations of Islamophobia, racism, intolerance, xenophobia, far-right affinities and a plethora of other sins. In other words, Quebeckers were subject to incessant psychological intimidation by mainstream media and many politicians, denigrating them for having legitimate concerns, vilifying them for desiring a secular state, bullying them into silence and removing all hope of healthy debate. At some point, the young man snapped.

The attitude of Small, Zine and Drimonis is dangerous and can only increase the probability of future violent acts by stigmatizing necessary criticism of religion. If the Charter of Secularism had been adopted in 2014, if supporters of that Charter had not been so overwhelmingly demonized and slandered by false accusations, if the Quebec population had not been so totally abandoned by its political leaders after the Quebec Liberal Party took power in April 2014, then the massacre of January 29th 2017 would, in all likelihood, not have occurred. I earnestly hope that the current Quebec government will keep its secularization promises because that will help repair some of the enormous damage done by irresponsible ideologues such as Small, Zine and Drimonis.


Epilogue

Pour faire contrepoids à la propagande anti-québécoise dénoncée ci-dessous, lisez donc ceci : Le calme dans la tempête, Le calme digne, le calme fort, Léolane Kemner, Journal de Montréal, 2019-02-13.


Next blog: Quebec’s Draft Bill 21 Implements State Secularism

Three Strategies of Islamists

…and their dupes and allies in non-Muslim countries

2019-02-08 Epilogue added 2019-02-08 @ 21:00

This blog summarizes three major strategies employed by Islamists and their objective allies: (1) accusations of “Islamophobia”; (2) conflation of race and religion; and (3) defamation by association with the far-right.

Sommaire en français Dans ce blogue je résume trois stratégies majeures utilisées par les islamistes et leurs alliés objectifs : (1) les accusations d’« islamophobie »; (2) confondre race et religion; et (3) diffamation par association avec l’extrême-droite.

In non-Muslim countries, Islamists, i.e. promoters of political Islam—a variant of Islam with serious political ambitions—have several key strategies. Here are three important ones:

  1. Accusations of “Islamophobia”: This strategy needs little explanation. The dishonest and incoherent nature of the term “Islamophobia” is well known and well documented. The main purpose of such accusations is to stifle, i.e. censor, legitimate criticism of Islam and Islamism.
    • The suffix “-phobia” implies an irrational fear, whereas to fear a religion, especially a dangerous monotheism like Islam or Christianity, is eminently rational, especially if that religion has political ambitions.
    • Furthermore, the term is often used incorrectly to mean a prejudice against Muslims, i.e. a group of persons, whereas Islam is not a group of persons but rather a religious ideology.
  2. Conflation of Race and Religion: Again, this strategy is well known. And again, the main purpose is to stifle criticism of Islam or Islamism by labelling the adherents of those ideologies as belonging to a “race” (which is of course nonsense) so that accusations of “racism” may be used against critics.
    • The dishonesty of this strategy is obvious: whether or not one considers race to be a fictional or a real phenomenon, it must necessarily be based on innate, immutable attributes of the individual (such as genetic inheritance, skin colour or some other physical characteristic). But religion, on the other hand, is an idea or an ideology which one can (or at least should be allowed to) change at will. When an individual adopts a new religion, or abandons their former religion, they do not thus belong to a new race, obviously. Furthermore, the conflation of race and religion amounts to a denial of freedom of conscience for religious believers.
    • If an individual has the misfortune of being born and raised in religion X, then identifying that person with religion X amounts to a denial of his/her right to think for himself or herself. In fact, identifying a child with the religion of his or her parents is already a violation of that child’s freedom of conscience. Religion should be a matter for adults only, like marriage or alcohol. Until an individual reaches adulthood and attains the maturity necessary for informed decisions on such matters, he or she should not be identified with any religion.
  3. Accusations of Far-Right Political Affinity: This strategy is very often used by the identitarian left (or more accurately, pseudo-left) to slander anyone who disagrees with it—often using or misusing the vague expression “alt-right”—and it has been gleefully borrowed by Islamists to their great advantage. This slur is based on an extremely loose definition of “far-right” or, even better, no explicit definition at all, thus allowing the label to be stuck on any person or thing one dislikes.
    • This strategy works very well for Islamists as it converges greatly with the two strategies described above, especially the second.
    • This strategy is particularly ironic and hypocritical as Islamism is itself an extreme far-right ideology, far worse than even the classic fascism of Mussolini.
    • One major example: the denigration of the Quebec government of the party CAQ (Coalition Avenir Québec) elected to power on October 1st 2018. The CAQ is a centre-right party which places it close to the defeated QLP (Quebec Liberal Party) on the left-right political spectrum in terms of economic policy. Yet the English-language media in Canada, which were very sympathetic to the PLQ, do not hesitate to associate CAQ with far-right groups. Why? Because the CAQ has committed itself to implementing several very good secular measures in Quebec (which, by the way, places it far to the left of any other government, provincial or federal, in Canada on that issue). Secularism is of course an anathema for Islamists; thus, the CAQ has already been the target of a tsunami of negative propaganda from Islamist ideologues and their dupes—just as the Parti Québécois (PQ) was several years ago and for similar reasons—and we can expect it to continue for some time.

All three of these strategies are variants of the same theme: slander, in varying degrees of intensity. Furthermore, all three are blithely deployed in the service of Islamism by non-Muslims who are duped by that ideology into becoming its unwitting allies.

Anyone who employs all three of the above strategies is an objective ally of political Islam. By “objective ally” I mean that, regardless of the person’s intentions (which are often difficult or impossible to judge), their words and/or actions objectively benefit the spread of Islamist ideology whether intentionally or not, whether they realize it or not.


Epilogue

Aislin cartoon
Click to enlarge
Source: Facebook page of cartoonist Aislin

Only hours after putting the above blog on line, I received some news that illustrates all too graphically my point, in item 3 above, about slandering the CAQ by falsing associating it with the far-right. The cartoonist of the Montreal Gazette produced the caricature on the left. It is available on-line, on the cartoonist’s Facebook page. This image does not merely transmit a message which defames the CAQ. It is a major slur directed at all those who support the CAQ’s secularism measures, including the majority of Québécois. Although the Gazette decided not to run it—a wise decision, I think—I am publishing it here because it needs to be seen in order to expose the profound and virulent hatred for Québécois which underlies opposition to the CAQ’s very reasonable and laudable plans. This is the face of anti-Québécois racism, so prevalent in English-speaking Canada.


Next blog: An Open Letter to the Council of Canadians

Laïcité, législation et gouvernement au Québec

2018-05-29, mise à jour 2018-05-31

Le 26 mai 2018, j’ai participé au Colloque « Éducation et laïcité : où en sommes-nous ? » organisé par le Mouvement laïque québécois. J’ai ouvert et géré l’Atelier 5 intitulé « Laïcité, législation et gouvernement au Québec » lors duquel les panéllistes Jérôme Blanchet-Gravel, Simon-Pierre Savard-Tremblay et Djemila Benhabib ont pris la parole. Voici mon court texte de présentation de l’atelier.

Propos haineux et blasphème

Summary in English On May 26th 2018, I particpated in a colloquium, organized by the MLQ (Quebec Secular Movement), on the subject of secularism in education in Quebec. In particular, I opened and conducted the workshop on “Secularism, Legislation and Government in Quebec.” The panelists Jérôme Blanchet-Gravel, Simon-Pierre Savard-Tremblay and Djemila Benhabib each made a presentation. Here is the brief presentation with which I opened the workshop.

Avant la loi 62, il y a eu le projet de loi 59 qui devait lutter contre les discours haineux mais qui constituait une grave menace pour la liberté d’expression. Heureusement que ce projet a été abandonné par le gouvernement en mai 2016. Mais on peut se demander si cette histoire se serait terminée de la même manière si le massacre de la mosquée de Québec était survenu quelques mois plus tôt – sachant comment les partisans de l’islam politique et leurs dupes ont instrumentalisé cette tuerie pour faire avancer leur programme, et sachant aussi combien ce projet de loi 59 avait plu aux islamistes les plus rigoristes.

Le projet de loi 59 aurait, au fait, constitué une nouvelle interdiction du blasphème et une nouvelle loi draconienne contre la propagande haineuse, mais au niveau québécois. Ces deux mesures existent déjà au niveau fédéral. Heureusement que la loi fédérale anti-blasphème est sur le point d’être abrogée. La loi fédérale contre la propagande haineuse est généralement beaucoup mieux formulée, mais comporte tout de même une exception religieuse qui accorde l’impunité aux propos haineux motivés par une croyance dans un texte religieux. Malgré une récente pétition demandant l’abrogation de cette exception, la ministre fédérale de la Justice a carrément refusé d’en faire quoique ce soit, allant jusqu’au mensonge en citant une version périmée de cette exception, une version dont la formulation était moins problématique.

De plus, la très inquiétante motion fédérale M-103 condamnant la soi-disant « islamophobie » sent, elle aussi, le délit de blasphème et constitue un écho, pour ainsi dire, d’une motion similaire adoptée par l’Assemblée nationale du Québec un an et demi avant.

La loi 62 n’est pas laïque

Ensuite est venue la loi 62, qui, selon son titre, porte sur la « neutralité religieuse », adoptée à l’Assemblée nationale par le gouvernement du PLQ en octobre 2017. Son titre est à la fois malhonnête et habile, car le gouvernement prétend ainsi régler la question des rapports entre les religions et l’État, répondant ainsi aux forts désirs de la population québécoise pour une solution laïque. Mais cette loi n’est pas une loi sur la laïcité, un terme qu’elle ne mentionne même pas, et, de plus, elle n’est même pas une loi sur la neutralité religieuse, une approche plus faible que la laïcité.

À peu près tout ce que fait la loi 62, c’est d’interdire les couvre-visage, mais en les interdisant très faiblement, permettant des accommodements, c’est-à-dire des exemptions, sur la base de critères assez flous et subjectifs. De plus, en prétendant instaurer la neutralité religieuse sans interdire aucun signe religieux à part les couvre-visage, elle approuve ainsi le port de ses symboles par les fonctionnaires en service.

Si le but du PLQ était de flouer le public, alors il faut se rendre compte que, pour le moment du moins, il a très bien réussi. Déjà le noyau de cette loi, l’article 10 qui interdit les couvre-visage, est suspendu par la Cour supérieure du Québec qui a donné raison aux Conseil national des musulmans canadiens, appuyé par le l’Association canadienne ces libertés civiles, qui l’ont contesté. Le PLQ peut maintenant dire qu’il a essayé de régler la question, mais les tribunaux l’en ont empêché, une façon de s’en laver les mains.

Dans les médias hors-Québec, cette loi, qui en réalité ne fait presque rien, est dénoncée comme une atteinte à la liberté de religion de certaines musulmanes, ou plus précisément une atteinte à la prétendue « liberté d’expression religieuse » (qui me semble un néologisme assez douteux). Les partisans du multiculturalisme et les promoteurs de l’islam politique, qui sont des alliés objectifs, ont gagné cette bataille. J’ai même trouvé dans la revue américaine Free Inquiry, une périodique normalement excellente, un texte qui met la loi québécoise 62 sur un pied d’égalité avec la très louche motion fédérale M-103, les deux étant, selon l’auteure de l’article, des menaces pour les libertés civiles.

Il faudrait donc faire abroger cette loi 62 parce qu’elle ne va pas assez loin, c’est-à-dire qu’elle ne va à peu près nulle part en ce qui concerne la laïcité. Au contraire, le Québec a besoin d’une loi sur la laïcité.

Toutefois, en s’opposant à cette loi 62, il faut éviter le piège de conforter les gens qui s’y opposent pour des raisons diamétralement opposées. Cette loi ne va pas trop loin, comme de nombreux commentateurs mal informés le prétendent, au contraire. Pour que cette loi soit minimalement recevable, il aurait fallu au moins y supprimer les accommodements religieux et y ajouter l’interdiction des signes religieux portés par les fonctionnaires, surtout ceux et celles ayant un pouvoir coercitif comme la police et les juges, ainsi que les enseignantes et les enseignants.

La soi-disant « islamophobie »

À propos de l’« islamophobie », il y a eu au fait trois motions à ce sujet, dont une à l’Assemblée nationale, proposée par Françoise David, adoptée de 1er octobre 2015. Les deux autres ont été adoptées au Parlement fédéral, la première proposée par Thomas Mulcair et adoptée en octobre 2016, et l’autre étant la motion M-103 adoptée en mars 2017. Ces motions défendent des gens sur la base de leur appartenance religieuse, non pas sur la base de droits universels. Elles ne font rien pour faire progresser la laïcité.

L’école publique

Au niveau de l’école publique québécoise, ce système supposément laïque rencontre tout de même assez mal les critères de laïcité. Il y a un besoin criant de retirer le programme Éthique et culture religieuse (ÉCR) imposé à tous les élèves et à tous les niveaux primaires et secondaires depuis 2008, ou au moins de lui retirer complètement le volet « culture religieuse » comme de nombreux militants laïques l’ont déjà recommandé depuis des années. De plus, il faudrait exiger l’abolition du Comité aux affaires religieuses du Ministère de l’Éducation (nom actuel : MEEQ = Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur). Ce comité a travaillé à l’élaboration du programme ÉCR, il est un vestige des anciens comités confessionnels catholique et protestant et il a pris position pour la laïcité dite « ouverte » – ce qui veut dire une pseudo-laïcité à peu près équivalente au multiculturalisme –, rejetant ainsi l’interdiction des signes religieux ostentatoires stipulée dans la Charte de laïcité proposée en 2013-2014 par le gouvernement précédent.


Communications présentées dans le cadre de cet atelier :

  • « Le multiculturalisme en question: les universitaires contre la laïcité », Jérôme Blanchet-Gravel
  • « Démocratie et laïcité », Simon-Pierre Savard-Tremblay
  • « La Loi sur la neutralité religieuse n’est pas la Loi sur la laïcité », Djemila Benhabib

Liens pertinents :


Prochain blogue : Banning Religious Symbols: When & Where?

Contact the Author

Stillbirth

Contact David Rand